Interview – Jean-Claude Piquard

Publié le : 13 octobre 2008

Les « Cafés du genre », créés et animés par Françoise Mariotti, psychologue spécialiste des questions femmes-hommes, font leur rentrée le mardi 14 octobre 2008 à 18h30 au CaféJoseph à Montpellier. Pour l’occasion Lilou Plaisir à rencontré un des invités de cette soirée : le sexologue Jean-Claude Piquard, auteur de « Les deux extases sexuelles….

Deux-Extases-Sexuelles

Qui suis-je :
Sexologue Clinicien, j’ai suivi ma formation à la fac de médecine de Montpellier (AIHUS). Ergothérapeute (diplôme paramédical), je travaille depuis 15 ans en psychiatrie. J’enseigne également à l’Institut de Formation d’Ergothérapie de Montpellier.

Site: http://www.piquard.eu

1) Mardi 14 octobre 2008 au café Joseph (Montpellier), vous participez à une soirée Les « Cafés du genre« . Est-ce que vous pouvez nous parler plus en détails de cette soirée ? Quels sont les ingrédients de cet évènement ?

Françoise Mariotti m’a demandé de présenter l’enquête sur la sexualité en France, de Nathalie Bajos et Michel Bozon (2007). Elle me l’a probablement demandé parce que je suis sexologue et écrivain. C’est un travail intéressant de synthèse pour présenter, lors de cette soirée, les éléments les plus révélateurs de l’évolution de la sexualité en France.

En plus, un autre angle d’approche me motive tout particulièrement. En effet, toute enquête ne révèle que ce que les enquêteurs explorent. En ce sens, cette enquête est aussi un miroir de notre représentation collective de la sexualité. Par exemple, le sexe oral est étudié pour la première fois, je m’en réjouis, mais cette enquête explore peu l’orgasme féminin … et le clitoris demeure encore complètement oublié.

2) Pourquoi est ce que vous participez à ce genre de rencontre ? Qu’est ce qui vous motive dans ce genre d’échanges?

Le questionnement autour de l’identité homme-femme est toujours au coeur de la rencontre sexuelle, nous le constatons souvent en consultation. Et il est intéressant de pouvoir en débattre lors de ces rencontres.

3) L’écrivaine érotique Clara Basteh lors d’une interview a dit « n’importe quel magazine veut nous apprendre comment la sexualité de la femme doit être vécue. C’est une intoxication médiatique. N’en tenez pas compte, et vous serez plus heureux, sexuellement. ». Qu’en pensez vous ?

En ce qui concerne les magazines, leur but premier n’est pas d’informer mais de se vendre le plus possible. Pour cela, ils sont obligés de plaire à leur lectorat. En ce sens, les magazines sont intéressants car ils sont le reflet de la culture sexuelle actuelle. Par exemple, ils énumèrent sans cesse des astuces plus ou moins douteuses pour plaire et souvent évitent de parler du clitoris et de ses merveilleuses vertus ! Et si finalement, ils parlent peu des plaisirs du sexe, c’est que notre culture sexuelle n’est pas prête à en parler. Dans mon livre, je propose des mots pour parler des extases sexuelles. J’ose espérer que j’apporte ma contribution pour une meilleure culture sexuelle …

4) Quels sont les tabous actuels qui à vos yeux sont les plus ravageurs pour l’épanouissement sexuel ?

Le tabou de la définition de l’orgasme. Notamment, la définition par le point culminant des plaisirs est totalement inopérante. Par exemple, dans l’émission L’amour et vous, sur RCM (14h – 16h), Brigitte Lahaye demandait aux auditeurs de parler de leur orgasme. Une auditrice témoigne : moi, c’est lorsqu’il rentre de travail et qu’il me regarde ! La scène est touchante, on imagine l’intensité de leur regard … et la probable tiédeur au lit, puisque c’est lors de la scène du regard qu’elle a le plus de plaisir.

5) Avec vos ouvrages vous tentez de mettre en place des chantiers si je puis dire, pour faire évoluer les mentalités, croyez vous qu’avec l’arrivée des love shop, des sex toys, il y ai eu une évolution positive ?

Tout a fait. L’ancienne boutique pornographique n’était tournée que vers le plaisir dominateur de l’homme. Alors que les love shop, comme celle de Lilou Plaisir, à Montpellier, sont orientés vers les plaisirs partagées de l’homme et de la femme. Et les sextoys en sont parfaitement l’illustration, la plupart sont en effet destinés aux joies du clitoris.

6) Il existe des tas et des tas d’ouvrages qui parlent de sexualité, tout simplement parce que ça fait vendre, Alors je serais tentée de vous demander, qu’est ce que votre livre a de plus que les autres ?

Mon livre est tout à fait différent des autres, il ne donne pas de solutions, de recettes. Il propose une réflexion pour avoir les mots justes pour parler des extases sexuelles, pour en parler entre amants, mais aussi pour avoir une culture sexuelle plus juste à transmettre à nos enfants. D’abord je décris d’où nous venons, à l’éclairage de l’histoire de notre sexualité, qui n’a pas été linéaire mais, bien au contraire, avec une longue et récente période de puritanisme et prohibition de la masturbation. Au-delà des enjeux religieux, je pense de plus en plus qu’il y avait un gros enjeu politique et plus particulièrement nataliste. En interdisant les pratiques non-pénétratives, relativement répandues, on augmentait aisément le nombre des naissances. Ainsi, le clitoris était bien connu jusqu’en 1880, puis sa descente dans l’oubli se poursuit jusqu’en … 1968 !

Nous héritons de cette situation. Aujourd’hui, une des séquelles est l’absence de définition de l’orgasme. Et je pense qu’on ne peut avancer que si on défini deux types d’extase : – l’orgasme, court et explosif, pour la femme, il est essentiellement clitoridien – un plaisir plus long, intense, plus émotionnel, qui est essentiellement vaginal

Il est important de les différencier pour mieux les mettre en synergie, sans en oublier un en passant à côté, juste à côté.

7) À ce propos y a-t-il des ouvrages qui vous ont étonnés ? Surpris ? Que vous conseillez vivement aux femmes et aux hommes ?

Beaucoup m’ont surpris négativement, notamment lorsqu’ils font l’apologie de l’orgasme simultané !

J’ai aimé : Pour le versant historique : L’orgasme & l’Occident de Robert Muchembled

Pour défendre le clitoris : Un petit bout de bonheur (petit manuel de clitologie) de Rosemonde Pujol et La revanche du clitoris, de Maïa Mazaurette et Damien Mascret

8) Il existe des ouvrages… mais il existe aussi des hommes et des femmes (et des associations / institutions) qui font de l’épanouissement sexuel un véritable combat. Y en a-t-il qui sont importantes à vos yeux ?

Aujourd’hui, l’émission de Brigitte Lahaye sur RMC.

Et à Montpellier ? Je cherche des partenaires pour travailler conjointement.

10) Allez, une dernière question, où vous êtes libre de dire tout ce dont vous avez envie ! C’est à vous !

Mon deuxième livre est résolument tourné pour les adolescents, vers les 15 ans, sous forme d’un roman initiatique et érotique. Pour l’instant, il est chez les éditeurs, j’espère qu’il verra ea jour prochainement.

Mes amitiés à tous … www.piquard.eu (vidéos amusantes)

Pour aller plus loin

son livre Les Deux Extases Sexuelles

Lilou Plaisir parle de son livre dans leur BLOG

http://www.piquard.eu

Partager surShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+
Publié le : 13 octobre 2008

1 commentaire

  1. malheureusement les médias voient la sexualité comme un sport , ainsi il faut être être performant , orgasmes simultanés, orgasmes multiples, très bonne qualité d’érection, etc … La plupart des gens se sentent complexés et pas à la hauteur dommage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*